Midi/Minuit Fantastique

Post image of Midi/Minuit Fantastique
Filed in à la une , dvd , Hammer Films , Livre 7 comments

Entre 1962 et 1970, la revue Midi/Minuit Fantastiqueest la première en France à parler exclusivement de cinéma fantastique et d’épouvante. En 24 numéros devenus mythiques, l’équipe rédactionnel rend compte de ce cinéma dénigré ou tout simplement ignoré dans l’Hexagone et rencontre Merian C. Cooper, Roger Corman, Jacques Tourneur, Terence Fisher (3 fois), Riccardo Freda, Inoshiro Honda, Stanley Kubrick, Michael Powel ou Roman Polanski.
Aujourd’hui, près de 35 ans après sa disparition, l’éditeur Rouge Profond propose sous la forme de 4 livres à paraître, l’intégralité de 24 numéros, ainsi que le double 24/25 resté inédit et qui sera proposé dans le dernier tome. Plus d’infos sur le site dédié.

En attendant la sortie du premier livre, je vous recommande la lecture d’un excellent dossier, réalisé en 2007, sur le site Devildead, avec notamment une interview de Jean-Claude Romer.

Le livre est écrit par Nicolas Stanzick (Dans les griffes de la Hammer) et Michel Caen (cocréateur de Midi-Minuit), le premier tome paraîtra le 10 février avec 672 pages et 800 photos couleur et noir et blanc. Prix: 58 €

L’ouvrage contient:
Une préface de Michel Caen et une introduction de Nicolas Stanzick
Les six premiers numéros de Midi-Minuit Fantastique :
- n°1 : Terence Fisher
- n°2 : Les Vamps fantastiques
- n°3 : King Kong
- n°4/5 : Dracula
- n°6 : La Chasse du comte Zaroff
Un chapitre d’inédits, L’Entracte du Midi-Minuit, avec :
- une rubrique photo : Marie Devereux, par Harrison Marks
- un entretien d’époque : Fellini et les fumetti, par Michel Caen et Francis Lacassin
- un retour sur Fantasmagorie en compagnie d’Édith Scob, par Nicolas Stanzick

Le livre sera proposé avec un DVD de 205 minutes regroupant des archives rares (courts-métrages, émissions TV, scopitones), réunis par Erwan Le Gac

Les films

Le Puits et le Pendule – 37 min – N&B.
Réalisé par Alexandre Astruc. Avec Maurice Ronet
Diffusé le 9 janvier 1964.
Repérée dans un festival par Midi-Minuit Fantastique avant même sa diffusion télévisée, cette adaptation de la célèbre nouvelle d’Edgar Allan Poe a eu droit à une critique très élogieuse dans le n° 8 de la revue. La démarche du film ne pouvait qu’emballer les tenants de « la politique des horreurs » qui composaient la rédaction de MMF : 37 minutes d’un glacial face à face avec la mort, où l’épouvante débouche sur un insondable abîme métaphysique…

Barbara et ses fourrures – 9 min – N&B.
Réalisé par Ado Kyrou. Avec Barbara Steele.
Diffusé dans Dim Dam Dom, le 8 octobre 1967.
Derrière la caméra, le grand critique surréaliste, ami de Luis Buñuel et plume occasionnelle de MMF, Ado Kyrou. Sous les projecteurs, la diva de l’épouvante Sixties et icône absolue de la revue, Barbara Steele. Le sujet, La Vénus à la fourrure de Sacher-Masoch, ou la démonstration qu’érotisme et fantastique ne font qu’un. À l’arrivée, une rêverie pop, entre esthétique de mode, free jazz, audaces sadomasochistes et fantasmes cinéphiles incandescents…

Les émissions

Le Cinéma fantastique – 15 min – N&B.
Réalisé par Michel Perrot.
Diffusé dans l’émission Cinéma, le 28 mars 1968.
1968, le fantastique au pouvoir ! L’influence de MMF s’impose enfin. Pour la première fois, la télévision française se pose la question du genre : sa nature, ses thèmes, la raison de son succès grandissant… Mieux : c’est une plume de la revue, Michel Perrot, qui signe cette suite d’entretiens avec Michel Caen, Alain Le Bris, Barbara Steele, Roman Polanski et Georges Franju. Gare aux pisse-froid ! Le midi-minuisme étend désormais ouvertement sa toile. Fière de ce forfait digne de Fantômas, la revue en publiera des photos dans son n° 20.

Quelle horreur mon saigneur Dracula – 41 min – N&B.
Réalisé par Michel Caen, Francis Girod et Christian Ledieu.
Diffusé le 7 janvier 1969.
Cette fois, Michel Caen passe lui-même derrière la caméra, aux côtés de Francis Girod et de Christian Ledieu, pour une spéciale Dracula qui fera date. Enfin, la télévision s’empare du mythe et s’interroge sur ses significations cachées… Résultat : un véritable festival midi-minuiste, avec une affiche riche et prestigieuse : Christopher Lee, Terence Fisher, Eddy Mitchell, Screaming Lord Sutch, Jean Boullet, Jean-Claude Romer, Roland Villeneuve, Raphaël-G. Marongiu, les frères Boublil…

Les Monstres – 23 min – en couleurs.
Réalisé par Michel Pamart.
Diffusé en 1969.
Père de l’underground français (rock, tatouage, culture gay, BD…), Jean Boullet est l’une des figures essentielles de l’aventure MMF à sa création. Ce passionnant entretien psychédélique témoigne de son amour (fou) pour les monstres de foire. Il les salue comme les héros ultimes de la contre-culture, les précurseurs géniaux des monstres du ciné d’épouvante et des idoles comme les Rolling Stones, capables de susciter l’hystérie, la fascination… Une profession de foi midi-minuiste assénée par un personnage hors norme, devenu un mythe à part entière.

Les scopitones

Stella – Si vous connaissez quelque chose de pire qu’un vampire… – 2 min – N&B.
par Michel Caen, Francis Girod et Christian Ledieu.
Diffusé le 7 janvier 1969.
Le midi-minuisme déferle durant les Sixties jusque dans la pop. gée de seize ans, l’étonnante Stella, une véritable « anti-Sheila » qui rejoindra par la suite le groupe Magma, livre un clip emblématique du mouvement : références à Barbara Steele, psychédélisme, noirceur ludique et populaire… « Si vous voulez faire mon bonheur, emmenez moi voir un film d’horreur », clame-t-elle à chaque refrain : un condensé de contre-culture MMF !

Serge Gainsbourg – Docteur Jekyll et Monsieur Hyde – 2 min – N&B.
Réalisé par Jacqueline Joubert.
Diffusé dans Entrez dans la confidence, le 13 avril 1968.
Entre autres noires activités plus connues, Serge Gainsbourg était aussi un spectateur fidèle des légendaires soirées fantastiques organisées par Michel Caen et Jean-Claude Romer au Studio de l’Étoile. Nombre de ses chansons en témoignent. La plus emblématique, Docteur Jekyll et Monsieur Hyde, rend hommage au monstre schizophrène, avec un texte qui, of course, prend le parti de Hyde… Un clip pop, gothique et anglophile jusqu’au bout des griffes.

La radio

Dracula – 75 min – son.
Réalisation Jean Chouquet. Adaptation du roman de Bram Stoker par Dominique Mauclair et Jean Patrick. Avec Jean Rochefort et Daniel Gélin. Diffusé les 12 et le 19 mai 1965, sur France Inter.
La France découvre enfin le roman Dracula grâce au n° 4/5 de MMF qui en propose une fameuse réédition mettant fin à des décennies d’indisponibilité. Le choc est rude ! Dans la foulée, la radio se saisit du chef-d’œuvre noir de Bram Stoker : Le Théâtre de l’étrange de France Inter en offre une riche adaptation en 1965, portée par l’inquiétante voix grave de Jean Rochefort dans le rôle du comte sanguinaire…

Posted by Jerome   @   20 janvier 2014 7 comments

7 Comments

Comments
jan 21, 2014
12 h 10 min
#1 Mola Ram :

WOW. Bon, 58 euros certes c’est pas donné, mais c’est le prix moyen du numéro spécial King Kong sur ebay; et puis au vu du contenu (mirifique), je crois que nous allons être quelques uns à passer au tiroir-caisse… J’espère juste qu’ils ne vont pas trop revoir la mise en page originale.

jan 22, 2014
14 h 31 min
#2 chdx :

49€40 chez la Fnac. Achat immédiat de mon coté, ne serait-ce que pour entendre Jean Rochefort faire son Dracula…

jan 23, 2014
23 h 54 min

Une petite réponse pour rassurer Mola Ram quant à la mise en page.

Une grosse part du boulot sur le projet a justement concerné la maquette. Il ne s’agit pas d’un reprint, car niveau qualité ça n’aurait vraiment pas été top, mais d’une mise en page dont le but était la fidélité à celle d’origine.

En gros, on a entièrement ressaisi le texte (ce qui a permis homogénéiser pas mal de choses : les titres de films, les fiches techniques…) et repris tous les éléments graphiques de la maquette d’origine (couv, titres, pub, pavés de presse etc.) en les restaurant.

Et quant aux photos, on retrouve non seulement toutes celles qui avaient été publiées à l’époque, mais certaines d’entre elles ont enfin droit à la couleur, et d’autres se sont glissées en bonus. Là encore, nous ne sommes pas parti de la revue elle-même, mais nous avons reconstitué la collection photo d’origine et l’avons scannée en HD pour les besoins du livre.

Bref, on a joué les Barons Frankenstein, redonnant vie à la Bête à partir de pièces détachées savamment choisies….

Un petit aperçu du résultat est ici en pdf (il s’agit de la page 30 à 52, c’est à dire le début du chapitre contenant le n°1 de MMF) : http://midiminuitfantastique.com/presse/

jan 24, 2014
11 h 59 min
#4 Raphaël :

Merci à Kurt Menliff (alias N. Stanzic, si je dis pas de bêtises) pour les infos. Après nous avoir fait découvrir la Hammer et l’odyssée de Midi-Minuit dans son bon bouquin Dans les griffes de la Hammer, bravo pour cette édition qui s’annonce pléthorique ! Rouge profond est tout de même sur les bons coups en ce moment, entre ce futur classique et l’encyclo géante de Andrevon.

jan 31, 2014
13 h 57 min

Je n’ai pas connu cette revue mais j’ai hate d’en visiter les recoins …C’est la parfaite occasion !

Trackbacks to this post.
Leave a Comment

Previous Post
«
Next Post
»
Delighted Black designed by Christian Myspace In conjunction with Ping Services   |   French Teacher Jobs   |   Maths Teacher Jobs